BEFORE CLASS

Le web-journal de l'EJCAM

Ce qu’il ne fallait pas manquer de la première soirée

4 min read

Le Foodtruck des huîtres élu le plus original (improbable?) de la Fiesta des Suds par la rédaction. Lilian Veyet

Partager :

Top 7 de ce qu’il ne fallait pas rater de la soirée d’ouverture, ce jeudi.
Ils ont kiffé leur jeudi soir à la Fiesta alors que vous étiez déjà au lit. Heureusement, la rédaction de Before Class est là pour vous faire vivre la première soirée du festival comme si vous y étiez. © Sophie Maréchal
  1. La parade nuptiale des seniors

Si on devait calculer la moyenne d’âge du public de la Fiesta, difficile de donner un chiffre inférieur à 45 ans. Du coup, ça se dandine, ça met sa polaire Quechua, ça range bien son ticket de parking dans la poche intérieure du sac à main de Madame – c’est plus pratique que le métro et tant pis si ça coûte une blinde : « C’est plus sécure », comme on dit.

Et pas question d’arriver en retard : l’heure, c’est l’heure. Agglutinés devant les barrières, nos anciens ne démarrent pas leur soirée sous les meilleurs auspices : « Quand même, on arrive un peu en avance et ils n’ouvrent pas tout de suite, s’agirait de respecter les gens, on a payé, nous ! » On n’oublie pas non plus les boules Quiès : « La musique est un peu forte ici. » C’est pas le général de Gaulle qui disait que la vieillesse est un naufrage ?

Les seniors ont besoin de répit après avoir dansé pendant de longues minutes, repos. © Julie Le Mest
  1. La dédicace de Massilia Sound System aux forains de la Plaine

On reste dans la catégorie d’âge dans laquelle les moins de 20 ans ont du mal à s’identifier. Massilia Sound System, en adéquation physique avec les spectateurs cités précédemment, ont encore régalé tout le monde, à coups de pastagas distribués au public, de « fadaaaaaas » ou d’« aïoliiiiii ». Surtout, ils ont montré leur opposition au projet de rénovation de la Plaine.

Qui a dit que les vieux étaient tous de droite ? En tous cas, les papes du reggae marseillais ne portent pas de polaires Quechua.

Massilia Sound System s’est prononcé contre les travaux de la plaine, sous les acclamations du public, engagement. © Julie Le Mest
  1. Casqués et défoncés 

Les amis en Quechua avaient les yeux bien ronds en voyant des dizaines de saltimbanques danser, mâchoire serrée, alors qu’eux n’entendaient pas de musique. Serait-ce ce casque sans fil à lumière bleue rouge ou verte qui fait autant s’exciter les « djeuns » ? Ou alors un immense trafic d’ecstasy à l’intérieur de la Fiesta ? Il a changé ce festival, c’était mieux avant. Retour du général de Gaulle, évidemment.

En vrai, c’est le concept de la Silent Party. Trois DJ, un casque vissé sur la tête, et on choisit lequel va nous faire le plus danser. C’est marrant, on oublie les gens autour, mais surtout, on a l’air d’un con.

— Raphaëlle Talbot (@RaphaelleTlbt) 11 octobre 2018

https://platform.twitter.com/widgets.js

  1. Passer la douane avec succès

Les flibustiers dans l’âme ont sûrement tenté la « classique festival » : de l’alcool dans les Pom’Potes. Ça choque nos séniors, mais c’est diablement efficace. Les moins habitués ont, par contre, dû manger l’intégralité de leurs biscuits sablés fourrés au chocolat avant d’entrer en zone de combat. C’est interdit aussi aux bouteilles d’eau venues de l’extérieur, mais apparemment ça passe en la tenant dans la main. #grandbanditisme

  1. Le food truck le plus improbable…

Un food-truck qui vend des huîtres. Pas de vanne. Pas besoin non plus de rappeler la moyenne d’âge, tout le monde a compris.

Le Foodtruck des huîtres élu le plus original (improbable?) de la Fiesta des Suds par la rédaction. © Lilian Veyet
  1. L’orchestre itinérant

Pratique pour les mangeurs d’huîtres attablés comme tous les dimanches pour le poulet-frites chez mamie : la Banda du Dock s’est promenée sur l’esplanade du J4. Il était donc possible de reposer son dos endolori à force de danser sur « Le Marché du soleil » de Massilia Sound System, tout en continuant à se trémousser sensuellement sur les petits bancs de bois grâce aux cuivres de l’orchestre.

La Banda du Dock, salvatrice pour les festivaliers fatigués qui peuvent savourer leur encas et danser en même temps, coup double. © Sophie Maréchal
  1. Faire une croisière au moment de la Fiesta pour ne pas payer l’entrée

Enfin, astuce pour ce week-end ou l’édition de l’année prochaine : organisez-vous une petite croisière. Avec un peu de chance le paquebot sera accosté à côté des scènes de la Fiesta. Vous profiterez alors sans frais d’un autre concert de Massilia Sound System ou du dernier groupe électro « mainstream mais pas trop » du moment. L’occasion également d’aller en Corse ou sur le continent africain. #bonplan

Le bateau de croisière idoine pour profiter des concerts sans payer, habile. © Julie Le Mest

Fin de soirée : il commence à faire frisquet, finalement, c’est pas si bête la polaire Quechua…

Thomas Vichard

(ndlr: Toi aussi, un jour, tu seras vieux…)

Auteur·trice

Partager :
Facebook
Twitter
YouTube