Edito

2037 : il est 8 heures et le réveil est difficile pour Jean-Philippe. Oui, le prénom est revenu à la mode, et la mort de Johnny Hallyday 20 ans plus tôt y est pour beaucoup. Le jeune homme sort de sa douche. Sur le miroir de la salle de bain, s’affiche sa consommation d’eau en temps réel, la température de son appartement, et la météo du jour. Dans la cuisine, il lit sa recette de pancakes préférée sur sa table de cuisson, le temps de faire chauffer la poêle. En attendant son bus, il contemple l’écran où s’affiche une carte de la ville, avec la position du véhicule et son avancée en temps réel. Ce matin, la ville est complètement embouteillée. Un rapide coup d’œil sur son smartphone pour trouver la borne de station de vélos la plus proche, et pédaler pour arriver à l’heure au bureau.

Ces technologies pourraient bientôt devenir réalité. Nous sommes en 2017, nous avons dépassé la date où Marty McFly débarque lors de son épopée temporelle dans le film Retour vers le Futur 2. Nom de Zeus.
D’accord, on attend encore les baskets intelligentes, les voitures volantes et les hoverboards. On vous parle des vrais hoverboards, pas de ces Segways sans guidon. Ici, un rapide comparatif.

Agrandir

hoverboard
Ceci est un hoverboard

Agrandir

not-hoverboard
Ceci n'est PAS un hoverboard

Mais là n’est pas le propos. Notre quotidien est toujours plus régi par le digital et l’utilisation des data. Un monde urbain progressivement dominé par les chiffres… Au risque de voir s’effacer l’imprévu, la surprise bref, l’humain? Peu importe. Le futur, c’est maintenant.

La ville de demain se construit grâce aux data. Chaque jour, 2.5 trillions d’octets de données sont produits. Soit 2.5 milliards de milliards d’octets : un nombre colossal. Des données émergeant des téléphones portables, des signaux GPS, capteurs, ordinateurs, transactions bancaires, caméras de vidéosurveillance ou encore entreprises publiques. L’enjeu : rendre la ville du futur plus agréable pour ses habitants.

Alors que le nombre de citadins ne cesse d’augmenter, la ville doit répondre quotidiennement à des défis : comment gérer les transports et la circulation, optimiser sa consommation d’eau, d’électricité ou encore sa gestion des déchets. Plus que des technologies de pointe, l’utilisation des data apparait comme une solution concrète à la gestion de la ville de demain.

Audrey Vermorel, rédactrice en chef et Corentin Fraisse, rédacteur en chef adjoint