Facebook doit verser 40 millions de dollars pour avoir trafiqué ses audiences

Facebook va payer 40 millions de dollars aux annonceurs américains pour avoir volontairement manipulé ses statistiques d’audience vidéo pendant 18 mois. Un règlement à l’amiable qui intervient alors que le géant californien essaie de faire monter en puissance sa plateforme de streaming vidéo, Watch.

Crédit : Thought Catalog

L’affaire remonte à 2016, année durant laquelle Facebook avait été assigné en justice devant une cour californienne pour avoir manipulé la durée moyenne de visionnage des vidéos sur sa plateforme pendant 18 mois. Une « erreur de calcul » selon la défense du géant californien, qui lui coûte aujourd’hui 40 millions de dollars versés à un petit groupe d’annonceurs américains pour enterrer l’affaire.

Alors que l’entreprise de Mark Zuckerberg avait déclaré avoir corrigé le « bug » peu après sa découverte, une nouvelle plainte déposée en octobre 2018 par les annonceurs soutient que Facebook avait pris connaissance des irrégularités de ses statistiques dès 2015. Selon les plaignants, les métriques d’audience moyenne auraient ainsi été gonflées de 150 à 900%.

Dans un document rendu public vendredi dernier, les annonceurs estiment entre 100 et 200 millions de dollars le coût des dédommagements. C’est la somme qu’aurait du leur verser Facebook en cas de procès aux États-Unis. En revanche, le coût d’une longue procédure judiciaire – estimé à 12 millions de dollars sur les 40 millions de l’accord reversés à des avocats – a conduit les annonceurs à accepter un règlement à l’amiable passé avec la firme.

L’arbitrage de cette vieille affaire arrive à un moment opportun pour Facebook. La firme californienne doit conserver la confiance des annonceurs pour faire décoller sa plateforme de streaming vidéo Watch.

Emma Alonso