Gilets jaunes et écologistes, la possibilité d’un combat commun

Sauver la planète ou réussir à finir le mois : les revendications de ces deux mouvements sont différentes mais pas forcément contradictoires.

Gilet jaune et écologistes, une convergence possible. © Facebook, Eléi by DS- Photo

Un fossé sépare-t-il vraiment les gilets jaunes et les écologistes ou est-ce une caricature facile ? Les gilets jaunes manifestent pour protester contre le coût des carburants, une politique voulue pour inciter les citoyens à moins utiliser leurs voitures et lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Patrick Pouyanné, le PDG de Total estime que la transition écologique va trop vite pour les Français : « Quand la facture des besoins essentiels augmente, il en reste moins pour faire autre chose. C’est ça le débat aujourd’hui ».

Mais au lendemain du moratoire annoncé par Edouard Philippe, les deux mouvements s’harmonisent sur leur désaccord avec la politique du gouvernement. Du côté des gilets jaunes cette décision est une main tendue, mais loin d’être satisfaisante. Pour les associations environnementales, elle sonne comme « une grave erreur », « une régression » qui sacrifie l’écologie sans répondre aux préoccupations sociales. «Ils ont transformé l’écologie en bouc émissaire et c’est elle qui prend une balle perdue, alors que c’est l’ensemble de la politique qui est contestée par les gilets jaunes», juge Julien Bayou, porte-parole du parti EELV (Europe Ecologie Les Verts).

Vers une marche commune le 8 décembre?

Gilets jaunes et marcheurs pour le climat se trouvent pourtant des points communs. La tendance va même jusqu’à la convergence des luttes :  des appels sont lancés par des écologistes pour rejoindre les gilets jaunes, samedi prochain, à Paris. La marche pour le climat est sur la sellette pour des questions de sécurité puisqu’elle doit se tenir en même temps que les rassemblements, proche des Champs Elysées. Le gouvernement appelle à reporter l’événement, mais « l’urgence climatique ne se reporte pas » selon Elodie Nace, organisatrice de la marche et membre d’Alternatiba.

L’union comme solution. C’est la proposition de l’écrivain, réalisateur et comédien Cyril Dion signataire d’une tribune dans Libération. Il invite les gilets jaunes à rejoindre la marche pour le climat. « Une meilleure redistribution des richesses et la protection de l’environnement font partie d’une même lutte : celle qui s’élève contre un système capitaliste dérégulé ». Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique, a exprimé son désaccord à ce sujet. « Ce n’est pas le moment pour cette marche. C’est un risque de confrontations supplémentaires et de confusion des messages ».

Tribune « Gilets jaunes, venez marcher pour le climat » de Cyril Dion.

Une convergence qui a insufflé la création d’un nouveau mouvement : « les gilets verts ». L’idée est née dans un café culturel de Seine-et-Marne. Stéphane Cuttaïa en est l’initiateur: «On vient du même milieu social, on a du mal à boucler les fins de mois, donc on partage totalement cette colère et on soutient le mouvement des gilets jaunes (…) Mais on aimerait conjuguer la justice sociale avec l’urgence écologique.» Les gilets verts ont leurs propres revendications comme le développement d’alternatives à la voiture individuelle ou la lutte contre l’évasion fiscale pour financer la transition écologique. Le mouvement a annoncé sa présence pour la marche du climat samedi mais a exprimé des réserves quant à la possibilité de rejoindre les gilets jaunes, à cause des violences du week-end dernier.

Reste à savoir si ces appels à l’unité seront entendus à Paris mais aussi en région, des manifestations étant prévues dans plusieurs villes de France.

Cassandre AMOUROUX