De Marseille, le premier tour du monde à bord d’un van électrique

Leur rêve : devenir ambassadeurs de l’énergie propre. Rémi et Alexandra se sont lancés dans un tour du monde à bord d’un van Volkswagen qu’ils convertissent à l’électrique, fonctionnant grâce à l’énergie solaire. Ils partiront à l’automne 2018 de Marseille pour promouvoir les énergies renouvelables à travers 30 pays.

Faire le tour du monde grâce à l’énergie solaire : c’est le défi que se sont lancés Alexandra et Rémi. Avec leur projet Electric Vehicule World Tour, le couple veut devenir « ambassadeur de la mobilité propre ». Pour atteindre leur objectif, Alexandra, 28 ans, étudiante à l’Ensam (École nationale supérieur d’architecture de Marseille) et Rémi, 30 ans, ingénieur en mécanique ont converti un véhicule thermique en véhicule électrique et rechargeable à l’énergie solaire. Ils ont choisi un Volkswagen type 3 syncro de 1990 « pour sa fiabilité et sa taille » explique Rémi. « On va traverser des pays montagneux, aux températures élevées. Il nous fallait un véhicule adapté aux lieux que nous allons traverser » poursuit-il. Le van sera également équipé d’une remorque transformée en groupe électrogène solaire.

Pour l’instant, le véhicule est en cours de conversion. Alexandra et Rémi sont aidés par deux entreprises d’Istres : Polycréatis et VSM (Visualisation Simulation Modélisation). Rémi, passionné de mécanique, effectue lui-même les aménagements pour que ce van passe du diesel à l’électrique. Une fois la transformation achevée, il pourra rouler au maximum 400 kilomètres par jour, si les panneaux solaires du véhicule et de la remorque sont rechargés au maximum. Au total, ils parcourront plus de 50 000 kilomètres.
L’initiative d’un tour du monde écologique n’est pas nouvelle. En 2012, deux français ont déjà tenté l’expérience à bord d’une voiture électrique. En 2016, c’est un avion solaire, le Solar Impulse 2, qui avait parcouru le globe terrestre en 15 mois. Mais Alexandra et Rémi seront les premiers à parcourir la planète à bord d’un véhicule thermique converti à l’électrique.


Crédit photo : Audrey Vermorel & Electric Vehicule World Tour

De la France au Pérou, sur les routes les plus extrêmes

Les deux baroudeurs se sont rencontrés en Australie il y a 9 ans. S’ils partagent le goût du voyage, ils sont aussi tous les deux partagent des convictions concernant l’environnement. Au delà du défi technique, Rémi et Alexandra veulent mettre en avant l’énergie propre et sensibiliser le grand public. « Nous allons aller à la rencontre de personnes qui œuvrent aussi pour la planète et relayer leurs actions » explique-il.
Ils partiront en octobre 2018 pour un tour de monde de 50 000 kilomètres. Ils ont prévu de traverser 30 pays pendant un an et demi.  De l’Amérique Latine, en passant par la Thaïlande, la Chine, l’Inde, ou encore l’Europe de l’ouest, ils traverseront différents continents à bord de leur van.« Le choix de ces pays s’est fait en fonction de l’irradiation solaire, c’est-à-dire l’énergie que l’on va rechercher pour recharger nos batteries, et en fonction de la situation géopolitique » indique Rémi.
Le couple se sert des réseaux sociaux : Facebook, Youtube, Instagram, sur lesquels ils partagent leurs aventures, des coulisses de la préparation au futur voyage. « En espérant inspirer le plus grand nombre à faire aussi un petit pas pour la protection de notre environnement » confie Rémi.

Objectif : créer leur start-up à leur retour

Avec ce projet, Rémi et Alexandra se sont lancés plusieurs objectifs : promouvoir les énergies renouvelables et fiabiliser leurs prototypes. A leur retour, ils envisagent créer leur propre start-up de conversion de véhicule électrique, et commercialiser leur groupe électrogène solaire mobile. « Nous voulons montrer qu’on peut rouler en électrique sans forcément investir dans une nouvelle voiture » ajoute Rémi.  Ils aimeraient également, à terme, obtenir l’autorisation d’homologuer des véhicules thermiques convertis en véhicules électriques, interdite en France.

Audrey Vermorel