(ok) Attaque à la préfecture de police : une délégation parlementaire auditionne Christophe Castaner et Laurent Nuñez

Le ministre de l’Intérieur et son secrétaire d’État ont été auditionnés ce mardi par la délégation parlementaire aux renseignements, après l’attaque qui a fait quatre morts à la préfecture de police de Paris, jeudi dernier. Ils auraient répondu avec « un souci de précision et la volonté de donner des informations nécessaires ».

Le ministre de l’intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nuñez ont été auditionnés mardi 8 octobre au matin par la délégation parlementaire au renseignement, dans le cadre de l’enquête sur l’attaque de la préfecture de police de Paris perpétrée jeudi dernier par Mickaël Harpon, qui a causé la mort de quatre personnes.

Ils ont été interrogés sur les questions « autour de l’habilitation et du renouvellement de l’habilitation d’une manière générale des agents, et particulièrement de l’agent en question », a expliqué Christian Cambon, président de la délégation parlementaire au renseignement. « Nous avons évoqué aussi la détection des phénomènes de radicalisation au sein de la préfecture de police et particulièrement de ce service, les éléments de sécurité qui touchent la préfecture de police, et là aussi nous avons reçu un certain nombre de réponses précises », a-t-il ajouté.

Une Commission d’enquête lancée par l’Assemblée Nationale

L’objectif de cette enquête est de découvrir à quelles informations Mickaël Harpon, un informaticien dont le poste était habilité secret défense, auraient pu avoir accès mais aussi de savoir comment cet homme radicalisé de 45 ans a pu ne pas être repéré.

Christophe Castaner sera également entendu jeudi par la Commission du Sénat. Par ailleurs, une Commission d’enquête a été mise en place par l’Assemblée, et débutera « dès la semaine prochaine », selon Richard Ferrand, le président de l’Assemblée Nationale.

Mardi matin, Emmanuel Macron et l’ensemble du gouvernement étaient présents à la préfecture de police pour l’hommage nationale aux quatre victimes de cette attaque. Ils ont reçu la légion d’honneur à titre posthume.

Ophélie Artaud