M6

Pêcheurs marseillais : abstention, sentiment d’abandon, et europhobie

Les pêcheurs du Vieux Port à Marseille : entre abstention et Front National
Les pêcheurs du Vieux Port à Marseille : pris dans l’étau entre abstention et vote Front National / Photo : Manon Labat

Marine Le Pen et Emmanuel Macron s’écharpent sur la condition des pêcheurs en France. Reportage sur un chalutier, bataille de poulpes ou de tweets, tous les coups sont permis. Mais qu’en pensent les premiers concernés ? Les pêcheurs marseillais semblent camper sur leurs positions et ce, avant même le résultat du premier tour.

Emmanuel Macron à la rencontre des patrons pêcheurs l’année dernière dans l’Hérault et Marine Le Pen auprès des pêcheurs au Grau-du-Roi jeudi dernier. Juxtapose : Manon Labat

Avec un coup de couteau vif, Jacques Hawrot éventre une daurade sous les yeux des touristes affairés devant son stand. Un geste habile que ce pêcheur maîtrise depuis une trentaine d’années. Les affaires marchent bien, seulement Jacques Hawrot est épuisé. Il est à la recherche d’un matelot pour l’aider mais les candidats ne se bousculent pas au portillon.

«Avec toutes les réglementations européennes, il y a trop de contraintes. On n’a pas de vraies aides de l’Etat et aucune promesse d’amélioration pour l’avenir. Ça n’aide pas à recruter» regrette le marin-pêcheur.
Comme la majorité de sa profession, il ne se sent pas représenté dans cette élection présidentielle. De simple déçu, il est devenu abstentionniste.

Les pêcheurs marseillais hésitent entre l’abstention et le Front National
Les pêcheurs marseillais / pénibilité du travail / Photo : Manon Labat

Un rejet unanime de l’Europe

Ce sentiment d’abandon est partagé par Véronique Michelier. Pêcheuse à Marseille, elle dispose d’un stand sur le Vieux Port, à quelques mètres de celui de Jacques Hawrot. « On n’a même plus de représentant ! Ils nous ont enlevé le ministre de la pêche. Maintenant ils mélangent notre activité avec celle de l’agriculture, comme si c’était similaire», se révolte la marseillaise. Selon elle, toutes les aides reviennent aux agriculteurs. « On est les oubliés !» proteste-t-elle. Pour ces pêcheurs, le problème vient de l’Europe. Et pour Véronique Michelier, la solution paraît simple : il faut en sortir, accompagnés de Marine Le Pen.

« C’est la seule à parler de nous, à chercher des solutions. On a beau dire du mal d’elle, elle a compris que le problème venait de l’Europe! » tempête-t-elle, en saupoudrant de la glace en paillettes sur ses poissons.

Vidéo Ouest-France 

Un vote frontiste assumé 

«Allez Marine ! » scande un pêcheur en passant derrière Sébastien Izzo, adjoint aux prud’hommes pêcheurs de Marseille. Pour lui, les jeux sont faits : il votera Front National. «Nos subventions ont été supprimées il y a deux ans, on doit se débrouiller avec des petites entreprises privées maintenant. » regrette Sébastien.

Quel candidat propose quoi ? Infographie : Manon Labat
Avant le Premier tour, les candidats s’étaient déjà penchés sur les problèmes des pêcheurs
Infographie : Manon Labat

« L’Etat ne prend pas en compte nos besoins pour que les lois européennes ne pèsent pas trop sur nos services. Et les nouveaux prétendants à l’Elysée ne semblent pas s’intéresser à nos problèmes » soutient le porte-parole des quarante pêcheurs marseillais avant de conclure «On s’en fout de travailler, de payer quelques charges. On ne veut juste pas de l’Europe pour nous freiner ».

Vidéo France 2 : Pour cette campagne du second tour, Marine Le Pen fustige les lois européennes et leurs impacts sur les pêcheurs, tandis que l’europhile Emmanuel Macron prédit un sombre avenir à la pêche française sans l’Europe. 

Sur ce quai du Vieux Port, les pêcheurs marseillais sont presque tous unanimes, ce sera Bleu Marine, ou rien. Si la candidate du second tour profite de cette fin de campagne pour miser sur les pêcheurs en les mettant sur le devant de la scène, Emmanuel Macron martèle qu’une sortie de l’Europe ne jouerait pas en leur faveur. Entre vote de contestation et Frexit, les marins-pêcheurs naviguent en eaux troubles.

Manon Labat