Se déplacer intelligemment grâce aux data

De l’application mobile au panneau d’affichage du métro, les data sont omniprésentes dans le domaine du transport. L’enjeu : optimiser et faciliter les déplacements urbains, avec l’objectif d’une ville plus intelligente.

Héler un taxi sur le bord de la route, une image de plus en plus rare en ville. Désormais, le taxi vient à vous, grâce à la géolocalisation de votre smartphone.
Le secteur des transports est en pleine mutation. Les nouvelles technologies et les services de géolocalisation, couplés à l’utilisation des datas, ont permis l’émergence de nouveaux services dans le domaine du transport urbain. Les données, sources d’information, sont indispensables au développement de ce domaine. Elles permettent par exemple, de détecter un retard de métro, d’annoncer des embouteillages ou encore de définir le trajet le plus rapide.

Il existe plusieurs types de données :
– Les données statiques (ou historiques) : horaires des lignes de métro, heures d’affluences sur l’autoroute…
– Les données dynamiques : météo, évènements spéciaux, temps réel dans les transports…

Ces données sont en grande partie récoltées en open data, c’est à dire en accès libre. En France, depuis la loi « Pour une République numérique de 2016 », l’Etat oblige les administrations et entreprises à fournir, en accès public et gratuitement, leurs bases de données et les informations présentant un intérêt économique, social, sanitaire ou environnemental. Il est donc possible de connaitre les données de transports dans les villes comme Lyon ou dans les régions comme la région Provence Alpes Côte D’Azur, et ainsi récupérer les horaires de train de la SNCF, la régularité et les retards des trains jour par jour par exemple.

Agrandir

navigation-1048294_960_720
En utilisant une application type GPS, le smartphone localise automatiquement notre position, et enregistre beaucoup d'informations : notre temps de trajet, si nous sommes à l'arrêt etc.

Les données en temps réel sont accessibles grâce à différents moyens : des capteurs placés en ville, sur les routes ou sur des bornes de vélos, sur les rames de métro, des caméras de vidéosurveillance des autoroutes, mais aussi en grande partie grâce à nos smartphones, par le service de géolocalisation. Cette détection en temps réel permet de connaître le temps d’un trajet ou encore le chemin emprunté par l’utilisateur de smartphone… Des informations qui seront analysées et réutilisées.

Le croisement de ces différentes données permettent ainsi d’optimiser les trajets. Par exemple, les capteurs et caméras de vidéosurveillance des autoroutes vont pouvoir détecter rapidement un accident ou un bouchon, information qui sera transmise au centre de données, puis affichée sur les panneaux que nous croisons sur l’autoroute. Grâce à ces données collectées, les services de calcul d’itinéraire pourront signifier à leurs utilisateurs l’accident ou le bouchon, leur proposant d’autres itinéraires plus rapides.

 Chez Qucit, nous pensons qu’une bonne information est pleinement en mesure d’orienter les choix des citadins dans leur mobilité.
– Aurélien Belhocine, responsable des ventes chez Qucit

L’ouverture au public de ces données a permis la création de nombreuses applications permettant d’optimiser et de faciliter un déplacement en ville. C’est le cas de Qucit, une start-up d’Aquitaine fournissant des solutions d’analyse et d’optimisation en temps réel des trajets urbains, notamment pour les véhicules partagés (vélo, autolib…) Grâce à l’exploitation de données statiques et dynamiques, couplées avec des algorithmes, l’application permet par exemple de connaître le remplissage des stations de vélos en libre-service en temps direct. Cela grâce aux informations transmises par les capteurs fixés sur les vélos et stations. « Chez Qucit, nous pensons qu’une bonne information est pleinement en mesure d’orienter les choix des citadins dans leur mobilité, explique Aurélien Belhocine, représentant des ventes de Qucit. Par exemple, si un usager sait qu’il a peu de chance de trouver un vélo à cette station dans 45 minutes, il ira à celle d’à côté, ou il prendra les transports en commun, selon ce qu’indique l’application ».
Elle permettra également de prédire le temps qu’une personne met à trouver une place de stationnement en voirie. « Si un usager, utilisant une application, voit que le temps annoncé est trop long pour trouver une place, il pourra choisir d’aller se garer dans un parc relais indiqué par Qucit, ou prendre un autre mode de transport s’il en a la possibilité » rajoute Aurélien Belhocine.

Agrandir

FullSizeRender
Qucit permet de visualiser le parking le plus proche et le nombre de places disponibles selon le temps de stationnement souhaité, grâce à l'exploitation de données.

A.V

Calculer un itinéraire, connaître l’état du trajet en temps réel… l’exploitation des données dans le domaine du transport permet d’optimiser et de faciliter les trajets des habitants. Un enjeu aujourd’hui au cœur des problématiques d’innovation, pour construire une ville « intelligente ».

Audrey Vermorel