Sur la route des communautés alternatives : l’édito

Un jour de printemps ou d’été, ils se sont jetés à l’eau. Adieu ville, supermarchés, carte bleue et smartphone. Bonjour veaux, vaches, cochons. Ils ont rejoint une communauté “pas comme les autres” (prononcez : alternative). Exode rural 2.0 ou manière de guérir une société jugée malade ? Pour ceux qui les défendent, les écolieux sont la Terre Sainte d’une nouvelle croisade contre le capitalisme polluant et la mondialisation urbaine. Bref, des traitements de choc contre la fièvre du XXIème siècle. Mais dans la profusion de pilules miracle, une chatte n’y retrouverait pas ses petits. Remède de grand-mère, piqûre de vitamines ou néo-thérapie radicale, on trouve de tout dans ces laboratoires. Les apprentis laborantins de l’EJCAM ont troqué les blouses contre des bottes pour aller voir ça de plus près. Ils sont partis sur les traces de ceux qui ne veulent pas qu’on les trouve. Pour ces “alternatifs”, une seule solution : l’automédication. Alors quand la société tire la langue, quel traitement choisir pour quels symptômes ? Bienvenue dans l’éco-jungle verte des écolieux et autres écommunautés. Peur de vous perdre ? Il n’y a qu’un cap à suivre : la durabilité. Chaussez vos éco-sabots et venez avec eux sauver la planète.

Chloé Gaborit et Damien Desbordes