Sur les pavés, les femmes

Longtemps, les femmes ont été privées de la parole publique. Mai 68 a représenté un tournant dans l’Histoire de l’émancipation féminine, elles ont battu le pavé aux côtés des hommes, qui disposaient seuls de la légitimité de contestation sociale et politique. Comme l’affirme l’historienne Michèle Riot-Sarcey, « L’histoire insurrectionnelle se décline au masculin ». Et si 2018 sonnait l’heure de la libération de la parole féminine, par la femme et pour la femme?

Dans le sillage des mouvements #MeToo et #Balancetonporc, les femmes se sont exprimées bien au-delà des réseaux sociaux. Et c’est dans la rue qu’elles semblent avoir choisi de mener leur bataille. La rue, où ces mêmes femmes se font agresser, insulter, déshabiller du regard et parfois même violer. La rue où elles descendent aujourd’hui crier leur colère, dénoncer les violences et les injustices dont elles sont victimes.

Fortes de nos expériences personnelles, nous avons choisi de donner la parole à la femme, mais aussi de comprendre pourquoi la rue n’est pas encore son alliée, et comment elle pourrait le devenir.

A lire aussi :

>> Marche contre les violences faites aux femmes : «Aujourd’hui, c’était notre moment à nous toutes»

>> La deuxième Marche des femmes, contre la politique de Trump mobilise aux Etats-Unis

>> 600 femmes appellent à marcher le 24 novembre contre les violences sexistes et sexuelles

Lucie DE PERTHUIS – Alexia CAPPUCCIO