Un gars une fille : quand la communication politique fait genre

« De quelle couleur sera le fond du plateau ? Bleue ? Non c’est pour choisir la couleur de la robe de notre candidate. Merci. – Nathalie, mets la rouge ! »

Le jour du premier affrontement politique des primaires des Républicains sur TF1, les cravates des candidats différaient autant en couleur qu’en matière. Les styles se distinguaient sur quelques détails. Nathalie Kosciusko-Morizet avait misé sur une robe rouge, pour se démarquer de ses adversaires. Alain Juppé, quant à lui, dégainait son costume estimé à une valeur de 6000 euros (selon Marc Beaugé, rédacteur en chef de Society), à l’image d’un Superman tout feu tout flamme, déchirant son t-shirt pour laisser paraître son symbole emblématique.

Mais c’était sans compter la cravate couleur Bordeaux de François Fillon, portée à nouveau le soir du débat final contre Alain Juppé, et finement copiée par son adversaire. Une manière pour le Maire de la ville des fameux vins, de faire scintiller la couleur phare de son royaume.

Les costumes de nos super-héros étaient confectionnés dans le moindre détail par leur conseillers en communication, à l’image de Lucius Fox, fidèle homme de main de Batman.

Lire la suite