Théâtre du Centaure : en selle, l’artiste !

Le théâtre équestre a pris ses quartiers aux portes des Calanques. Un nouvel espace de création où tout le monde est le bienvenu.

La prison des Baumettes, le Parc National des Calanques et entre les deux… Un théâtre. Début octobre le Théâtre du Centaure, initialement situé dans le quartier Montredon a pris possession d’un nouvel espace sur les Hauts de Mazargues. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’endroit ne manque pas de charme. L’architecture en bois entièrement recyclé, taillé à la main par des artisans indonésiens, donne un cachet particulier. « Ce lieu a été conçu comme une œuvre », décrit Manolo, co-directeur artistique du théâtre avec Camille.

lieu-3

Les charpentes ont été taillées dans du bois recyclé provenant d’Indonésie © Francesca Todde

Une œuvre, qui ne ressemble pas à un théâtre à proprement parler, ni même à un centre équestre classique. C’est un véritable lieu culturel où les centaures peuvent désormais laisser libre court à leur créativité. « L’image du Centaure, c’est la réunion de l’homme et du cheval, alors nous voulions un lieu qui permet cette union permanente », explique Camille. L’espace rassemble les écuries mais aussi un accueil, un salon de thé, des bureaux, une salle de répétition et un chapiteau où seront jouées les pièces. En début d’année prochaine, la compagnie proposera son spectacle “la 7e vague”. L’occasion de se plonger dans le monde impitoyable de la finance grâce à deux trailers-centaures. Une pièce à suspense aux allures de thriller à découvrir dès le 21 janvier 2017.

Un lieu de vie ouvert tous les jours

En dehors des spectacles, les acteurs y préparent leurs créations pour le cinéma, la danse ou le théâtre, mais le lieu est ouvert à tous, tout le temps. « Le public peut aisément venir voir les chevaux et le travail des acteurs quand bon lui semble », indique Camille. Le but à long terme, créer un éco-quartier participatif. « C’est un quartier qui est dans la frange du Parc des Calanques. Une sorte de trait d’union entre la nature et la ville, comme le Centaure est un trait d’union entre l’homme et l’animal, nous nous retrouvons bien dans ce lieu et nous contribuerons activement à ce qu’il devienne un éco-quartier » révèle Manolo.

La compagnie envisage plusieurs projets comme du ramassage d’ordures à cheval ou du transport scolaire en calèche. Pour l’heure, des ateliers pour enfants sont proposés où les centaures en herbe peuvent laisser voguer leur imaginaire dans une cabane spécialement aménagée pour eux. Pendant ce temps les parents n’ont plus qu’à se relaxer lors des cours de yoga dispensés les mercredis et jeudis soirs.

Eline ERZILBENGOA

INFOS PRATIQUES :

Théâtre du Centaure – Rue Marguerite de Provence 13009 Marseille – 04 91 25 38 10

info@theatreducentaure.com – www.theatreducentaure.com

Crédit photo de une : Francesca Todde