Crise à Mayotte: Manifestation à Marseille en soutien aux Mahorais

Des centaines de Mahorais et de sympathisants ont défilé samedi après-midi dans le centre-ville de Marseille. Ils étaient réunis en solidarité avec le mouvement contre l’insécurité qui paralyse Mayotte depuis cinq semaines.

Manifestation à Marseille / Bertrant LANGLOIS AFP

Environ 300 personnes ont répondu à l’appel du collectif Mayotte en Mouvement. Ce mouvement, qui vient de voir le jour, organisait ce rassemblement pour dénoncer l’insécurité et l’immigration clandestine qui frappe Mayotte. À Marseille, un habitant sur dix est Mahorais ou Comorien. Alors cette communauté, installée dans la région, est sensible aux événements qui secouent leur île d’origine. Elle était donc présente en nombre, dans une ambiance festive, pour afficher son soutien aux habitants de l’île qui traversent une crise sociale sans précédent.

Manifestation des Mahorais de Marseille contre l’insécurité à Mayotte / Mayotte 1ère

En début d’après-midi le cortège bleu-blanc-rouge a descendu la Canebière, clamant « justice laxiste, Mayotte en danger« . Arrivés sur le Vieux-Port, sous l’ombrière, les manifestants ont interpellé plusieurs promeneurs. Les marseillais, touchés par la mobilisation, les félicitaient pour leur action en leur souhaitant bon courage.

Manifestation des Mahorais de Marseille contre l’insécurité à Mayotte, 24 mars / Felicia Sideris

Halima Charif Dine, porte-parole du mouvement  et co-fondatrice du collectif Mayotte en Mouvement, a pris plusieurs fois la parole via un mégaphone.

Cette jeune femme de 38 ans, toute vêtue de bleu-blanc-rouge, a donné beaucoup d’énergie pour organiser ce qu’elle décrit comme une démarche citoyenne. «Nous ne sommes pas des Français à part, mais des Français à part entière » déclamait-elle. Inquiète pour la crise qui secoue son île d’origine, elle désire plus d’effectifs pour y assurer la sécurité et la justice. Mais surtout, elle veut interpeller les citoyens français car selon elle « le problème de fond qui a amené Mayotte dans la crise est méconnu ici. C’est la France méconnue. »

Une cinquantaine de Mahorais, se sont également réunis à Bordeaux et sur l’esplanade des Invalides à Paris, pour y interpeller la population sur cette « France méconnue ».

Felicia Sideris