BEFORE CLASS

Le web-journal de l'EJCAM

Le Rassemblement aux portes de Marseille

4 min read

Stéphane Ravier, conquérant lors de son meeting à Marseille,lz 6 mars 2020./ R.Moquillon

Partager :

Lors du 1er tour des élections municipales de 2020, le Rassemblement national, mené par Stéphane Ravier, approche les 20% de votes exprimés. À la fin du règne de Jean-Claude Gaudin, retour sur l’historique d’un parti qui, dans la région, n’a jamais été loin du trône.

 

En 2010, au lendemain d’un match de foot Algérie-Égypte, Jean-Claude Gaudin s’emporte .

« Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux du match, sauf que, quand après ils déferlent à 15 000 ou à 20 000 sur la Canebière, il n’y a que le drapeau algérien et il n’y a pas le drapeau français. Cela ne nous plaît pas. »

En 2020, lors de sa campagne pour les municipales, Stéphane Ravier, la relève frontiste, a promis de prendre un arrêté municipal pour bannir les drapeaux algériens du ciel phocéen. « L’identité », un argument phare des nationalistes mais aussi le premier des points communs à la droite locale et au Rassemblement national.

Sources : Insee et ministère de l’Intérieur

Stéphane Ravier le clame à qui veut l’entendre : il sera le prochain maire de Marseille. Élu en 2014 pour la première fois à la mairie des 13e et 14e arrondissements de la ville, il assure que cette fois :

« C’est la fin d’un règne, cette fois, c’est la bonne. »

Depuis l’élection de Jean-Claude Gaudin comme maire de Marseille en 1995, l’extrême droite locale ne fait que gonfler les rangs de ses membres. Comme beaucoup d’autres Fronts locaux, le Front national marseillais du début des années 80 est essentiellement composé d’anciens membres de l’OAS, de rapatriés de l’Algérie française, de pieds noirs. Si ceux-là lui sont encore fidèles, le RN compte aussi sur une frange d’une population abandonnée des pouvoirs publics, allant du petit commerçant avalé par les grandes surfaces à l’habitant de la maisonnette coincée entre deux grands ensembles des 15 et 16e arrondissements.

En 2018, l’économiste Philippe Langevin classe Marseille parmi les villes les plus inégalitaires du pays. Marseille serait une ville « archipel », où beaucoup de territoires très pauvres côtoient des territoires très riches. Or, ces fractures profitent à l’extrême-droite. Selon le démographe Hervé Le Bras, lorsque les inégalités sociales progressent dans une ville, les scores des extrêmes s’envolent. Cette situation, Stéphane Ravier n’hésite pas à l’attribuer aux 25 ans de mandat de l’indétrônable maire Gaudin. Pourtant, quelques années en arrière, le Front National et l’UDF (l’ancien parti de Jean-Claude Gaudin) ne faisaient pas si mauvais ménage à Marseille.

La tradition au front

En 1986, Jean-Claude Gaudin est élu au conseil régional de la région PACA. Cette élection naît des unions fructueuses entre l’UDF, le RPR et le jeune Front national local, alors mené par Ronald Perdomo, membre historique du parti marseillais. Le Front national dirige donc la région avec la droite pendant quelques années.

Sources : Insee et ministère de l’Intérieur

Les partis de Gaudin et Perdomo, aussi différents soient-ils, se rejoignent sur un ennemi commun, la gauche, et sur leur lien étroit avec la chrétienté. Habitué des pèlerinages à Lourdes, le maire de Marseille se présente comme une véritable grenouille de bénitier. Fin 2019, Stéphane Ravier fait bénir la crèche de Noël de sa mairie de secteur par un prêtre. L’accord passé entre les deux partis dans les années 80 s’achève en 1992. Si depuis Gaudin n’a plus jamais reconsidéré d’union avec le FN, il ne s’est pourtant jamais montré violent à l’égard du parti d’extrême droite. Comme le montre l’anecdote des drapeaux, le Rassemblement qu’incarne désormais Stéphane Ravier résonne avec certaines des valeurs de l’emblématique maire de Marseille. Proche du pouvoir sans en être l’héritier, le Rassemblement national pourra peut-être profiter de ces quelques similitudes lors du second tour des élections municipales.

Sources : Insee et ministère de l’Intérieur
Auteur·trice

Journaliste en formation, mais plagiste accomplie.


Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Facebook
Twitter
YouTube