« You », dans la tête d’un psychopathe 2.0

La saison 1 de cette nouvelle série télévisée américaine, « You » (« Parfaite » en VF), sortie le 26 décembre sur Netflix, raconte l’histoire d’amour entre un jeune psychopathe et une étudiante.

Joe Goldberg est gérant d’une librairie new-yorkaise. Guinevere Beck, aspirante écrivaine. Leur passion commune pour les livres les rapproche rapidement. Mais quelque chose cloche. Joe est littéralement obsédé par Beck. Une obsession maladive.

À l’ère du tout numérique, les réseaux sociaux l’aident dans sa traque. Facebook, Twitter, Instagram. Autant de possibilités pour géolocaliser sa petite amie en temps réel, savoir ce qu’elle fait. Tout le temps.

Alors que Beck ne s’aperçoit de rien, Joe pénètre dans sa sphère privée à vitesse grand V. Il la suit partout jusqu’à s’introduire chez elle et voler son téléphone. Évidemment, la proie est naïve. Elle n’a pas sécurisé son portable, et c’est un peu facile. Passons.

Entre glamour et cauchemar

Copyright Lifetime

Sur la forme, cette première saison nous ferait presque oublier que Joe est un psychopathe. La photographie est léchée, les tons sont chauds, les décors cosy – comme celui, boisé, de la librairie, avec ses livres rassurants. On s’y sentirait presque bien.

Le personnage de Joe Goldberg, brillamment interprété par Penn Badgley (Gossip Girl), se montre attachant. Difficile de lui résister. Les scénaristes y sont pour quelque chose : la voix off de la série est en fait celle de Joe. C’est lui qui nous raconte toute l’histoire pendant les dix épisodes de la saison. Bercé par son timbre sonore, quoique entêtant, le téléspectateur entre facilement dans sa tête pour découvrir ses pensées les plus secrètes et ses désirs les plus fous. Et même si Joe n’est pas très sain d’esprit, on reste partagé entre l’amitié et la pitié pour lui.

Joe antihéros

Copyright Lifetime

En amoureux épris de sa belle, Joe ne supporte aucune contrariété. Gardien autoproclamé de son bonheur, il détruit tous les obstacles qui entravent sa relation avec Beck, parce qu’il doit la protéger. C’est sa mission. À ce détail près que ces prétendus obstacles à éliminer sont des êtres humains. Des personnes chères à Beck, comme son ex, Benji, ou son amie, Peach.

Seulement voilà, Joe et Beck s’aiment. Ils sont heureux et l’amour est aveugle. Beck se laisse avoir par Joe et on lui pardonne. Le téléspectateur est encore partagé entre l’envie de voir les deux personnages ensemble ou pas. C’est ici que réside la complexité de « You ». Beck ne comprend rien au jeu que mène Joe, rusé, alors que lui n’en est apparemment pas à son premier coup d’essai.

Candace, fantôme du passé

Copyright Lifetime

Son premier amour à lui, c’est elle. Candace. Son prénom résonne dans la bouche de Joe tout au long de la saison. Pourtant, on ne la voit jamais vraiment à l’écran. Sa présence, fantomatique, n’est que le fruit de l’imagination du libraire. Comme si Candace semblait le hanter, comme lorsqu’elle lui demande d’arrêter d’harceler Beck, ou encore quand Joe la surprend en plein ébat avec un homme. Des apparitions hallucinatoires qui laissent supposer une fin tragique entre les deux. Mais alors qu’elle ne donne plus signe de vie, Candace réapparaît subitement à la fin de la saison.

Andy Millet

La saison 2 devrait être disponible sur Netflix avant la fin de l’année.